Les stories LinkedIn, bonne ou mauvaise idée ?
Spread the love

Depuis le 21 novembre 2018 circule cette information : le réseau social LinkedIn va proposer à ses utilisateurs un nouveau format. Et ce format, qu’il nomme « Student voices », est une fonctionnalité déjà existante ailleurs et bien connue des community manager. Il s’agit des stories que l’on retrouve déjà sur d’autres médias sociaux. Une question se pose alors : quel est l’intérêt pour LinkedIn ? Et d’abord, que sont les stories ?

Qu’est que LinkedIn ?

LinkedIn a été fondé en 2003 en Californie. C’est un réseau social, un peu comme Facebook ou Instagram. Mais lui a pour cible les professionnels. Et traite surtout des problématiques professionnelles. D’ailleurs, il se targue d’être le premier réseau professionnel. C’est sur ce réseau social que vous vous dirigerez si vous cherchez un travail, un stage ou, à l’inverse, à recruter. C’est également là que vous vous rendrez pour tisser des liens professionnels, que ce soit de nouveaux clients ou partenaires. Enfin, c’est là que vous verrez circuler les informations professionnelles de votre secteur. Pour peu que vous soyez connecté aux bons réseaux.

Le ton y est détendu mais reste tout de même assez professionnel. C’est d’ailleurs un réseau social que je trouve, personnellement, assez agréable. Qui m’a permis de découvrir des personnes très intéressantes, dans leur pratique professionnelle. C’est, aussi, un média en constante et rapide progression. Peut être pas un hasard, vu l’importance prise, dans notre société, par la recherche de liens professionnels.

Qu’est que les stories ?

Les stories (story au singulier) sont, quand à elles, un format devenu courant sur les réseaux sociaux. Inventées par SnapChat, ce format a, ensuite, été repris, avec succès, sur Instagram. Puis, avec moins de succès, sur Facebook. Vous les avez donc, sans doute, déjà croisé quelque part. Il s’agit de petites séquences alliant photos et courtes vidéos. Elles sont disponibles seulement pendant vingt quatre heures. Accessibles, sur chacun de ces réseaux sociaux, en haut du fil d’actualité. Sous forme de boutons ronds.

Leur but est, avant tout, de montrer le quotidien de leurs auteurs. Parfois très scénarisées. On est ici dans un format de l’immédiat, du spontané et de l’éphémère. Format très prisé chez les jeunes. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard s’il a été développé sur SnapChat et qu’il a fait le bonheur d’Instagram. Deux réseaux sociaux prisés des plus jeunes.

Les stories sur LinkedIn

LinkedIn, réseau professionnel, lance donc un format prisé par les jeunes. Et cela ne peut qu’étonner. Ce format, avant tout divertissant, est il adapté à la plateforme ?

Annoncé sur TechRunch, site d’information spécialisé dans les start up internet, les stories n’ont, pour l’instant, été déployées que pour les étudiants des universités américaines. Une courte vidéo de présentation a même été publiée :

Et si l’on en croit l’un des porte parole de Linkedin, elles sont avant tout à destination des étudiants. Qui pourront, ainsi, mettre en avant leur expérience. Mais les stories ont pour objet d’être déployées auprès de tous les utilisateurs. On parle d’une durée d’exposition d’une semaine, au lieu de vingt quatre heure ailleurs. Et de la possibilité de conserver la story dans son profil (ce qui est déjà possible sur Instagram).

Il n’en demeure pas moins que ce format n’est pas vraiment en adéquation avec l’utilisation de LinkedIn. La recherche d’emploi ou la vie professionnelle. Le but du réseau social semble être bien plus d’attirer les jeunes et de créer l’engagement qui lui manque. Mais ces stories, si elles ne font pas un flop, ne risquent elles pas de modifier l’ADN de LinkedIn ? Ce qui, pour moi, serait assez dommage.

Les liens utiles

Quand LinkedIn se met aux stories

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.