L'impact environnemental du web

La trentaine bien tassée. C’est l’âge du Web. Une technologie qui a profondément transformé notre vie. Le World Wide Web a été créé en 1989 grâce aux travaux de Tim Berners-Lee et de Robert Cailliau. Et depuis, il est devenu un outil indispensable pour la majorité de nos contemporains. D’ailleurs, comment faisions-nous avant ?

Le web a modifié notre façon d’apprendre. Et le savoir est désormais à portée de clic. Grâce à Wikipédia, par exemple, il est possible d’obtenir rapidement une grande quantité d’informations sur n’importe quel sujet. Ou encore à l’aide des milliards d’heures de vidéo dont il regorge, on peut apprendre sur tout. Et quelle révolution pour la communication ! Il y a 30 ans, une grande partie de nos échanges personnels et professionnels se faisaient par téléphone ou fax. Aujourd’hui, nous pouvons communiquer instantanément avec n’importe qui dans le monde grâce aux réseaux sociaux ou à des messageries instantanées.

Les avantages de l’utilisation d’internet sont donc indéniables. Mais à quel prix pour l’environnement ? Car si l’utilisation d’internet est devenue une part intégrante de notre vie quotidienne, peu de nos contemporains réalisent son impact environnemental. Et pourtant le numérique a un impact important sur notre planète. Un impact dû tout autant aux ressources nécessaires à son fonctionnement qu’aux déchets générés. Dans cet article nous allons explorer les impacts écologiques d’internet et ce que nous pouvons faire pour les réduire.

la consommation d’énergie liée à l’utilisation d’internet et son impact

L’utilisation d’internet induit une consommation énergétique en constante croissance. Prenons la mesure de cette consommation par une simple donnée. Si internet était considéré comme un pays, il serait le troisième plus grand consommateur d’électricité au monde. Avec une consommation annuelle de 1500 TWh. Le numérique en général consomme entre 10 et 15% de l’électricité mondiale, soit l’équivalent de 100 centrales nucléaires. Selon les estimations, cette consommation double tous les 4 ans. D’ici 2030, la consommation électrique du web pourrait atteindre celle de l’année 2008 pour l’ensemble des secteurs. De par ce besoin énergétique, internet est également une source importante d’émissions de CO2, polluant 1,5 fois plus que le transport aérien. La moitié de ces émissions proviennent des utilisateurs, tandis que l’autre moitié est répartie entre le réseau et les centres de données (data centers).

Les centres de données sont un symbole de la croissance du numérique et ont un impact considérable sur l’environnement. Ils représentent à eux seuls 4% de la consommation électrique mondiale, et un seul centre consomme autant d’électricité que 30 000 habitants européens. L’utilisateur, de son côté, est donc, responsable de la moitié des émissions de gaz à effet de serre produit par internet. En 2016, il y avait 3,9 milliards d’utilisateurs d’internet (soit 47% de la population mondiale) et ce nombre a dépassé les 5 milliards en 2020.

Enfin l’envoi de courriels a également un impact significatif sur l’environnement. Chaque heure, plus de 12 milliards de courriels sont envoyés dans le monde. Ce qui représente une production électrique de 50 GWh, soit celle de 18 centrales nucléaires. Il est donc important de sensibiliser les utilisateurs sur leur impact écologique et de les encourager à adopter des comportements plus respectueux de l’environnement.

Les déchets générés par la technologie

L’industrie informatique prend sa part dans l’impact environnemental induit par le web. En effet l’utilisation de celui-ci requiert du matériel. Que ce soit pour stocker des informations ou encore pour y accéder. Et ce matériel provoque plusieurs formes de pollution. Telles que des émissions de gaz à effet de serre, la contamination chimique ou encore la production de déchets électroniques.

Le plus gros de cette pollution se produit lors de la fabrication du matériel informatique et non lors de son utilisation. La production d’un ordinateur portable nécessite des dizaines de métaux provenant du monde entier et l’extraction de ces métaux est très coûteuse pour l’environnement. La production d’un ordinateur exige 2,5 tonnes de matières premières et génère 350 kg de CO₂. Soit autant que pour un voyage de Paris à Marrakech en avion. De plus, plus les équipements sont complexes, plus leur impact sur l’environnement est important.

La fin de vie de ces équipements est également problématique. Car 75% des déchets électroniques échappent aux filières légales de recyclage et se retrouvent dans des décharges à ciel ouvert. Enfin les déchets qui sont recyclés ne permettent pas de récupérer les matières premières en raison de leur design.

Le réseau internet lui-même n’est pas exempt de pollution, car il est composé d’une multitude d’équipements informatiques, tels que des ordinateurs, des câbles et des antennes. L’exploitation de ces équipements consomme énormément d’énergie, ce qui a également un impact sur l’environnement.

Mais il existe des solutions pour réduire cet impact négatif sur l’environnement

Notre vie a tellement été bouleversée par les technologies liées à l’internet, qu’il serait sans doute vain, aujourd’hui, de chercher à s’en passer. Cependant tout n’est pas mort. Et il est encore possible d’en limiter l’impact de façon drastique. Par exemple pas la mise en place de mesures pour réduire l’impact environnemental des centres de données. Notamment en les alimentant avec des énergies renouvelables. Ou encore en les localisant dans des régions nordiques pour profiter de l’air frais et avoir besoin de moins d’énergie pour les refroidir. Ces centres de données produisent de la chaleur. Pourquoi, alors, ne pas chercher à récupérer et à réutiliser cette chaleur ?

Tous les hébergeurs n’ont pas la même approche du problème. Mais certains ont déjà pris des initiatives éthiques. En proposent des Data Centers moins impactant pour l’environnement. Les éditeurs de services et de sites web ont donc également un rôle à jouer. En faisant le choix de faire appel à ces hébergeurs plus éthiques. Mais également en mettant à disposition des services plus légers et plus rapides, exemptés au maximum de langages informatiques gourmands en calculs et donc en énergie. Il s’agit là d’Éco-conception web permettant de libérer de la place sur les serveurs et d’avoir un impact important sur l’environnement. Et chez Net stratégie nous sommes particulièrement attachés à l’éco-conception web.

Il est également important de sensibiliser les utilisateurs sur leur impact écologique et de les encourager à adopter des comportements plus respectueux de l’environnement. Cela inclut d’utiliser moins d’objets informatiques et de les faire durer plus longtemps. Il est extrêmement important, par exemple, d’éviter les marques connues pour pratiquer l’obsolescence programmée. Il est également recommandé de choisir des équipements éco-responsables lors de l’achat et de s’assurer que les déchets électroniques sont recyclés de manière légale et écologique.

Les gouvernements peuvent, enfin, jouer un rôle important en encourageant la production d’équipements éco-responsables, en réglementant les pratiques minières nocives et en veillant à ce que les déchets électroniques soient recyclés de manière adéquate.

En conclusion

Les avantages de l’utilisation d’internet sont indéniables. Mais à quel prix pour l’environnement ? Il est important de prendre conscience de l’impact écologique de l’utilisation d’internet sur notre environnement. Les émissions de gaz à effet de serre causées par les centres de données. Les ressources consommées par la production d’appareils électroniques. La consommation d’énergie pour l’accès à internet. Autant de conséquences négatives que nous devons prendre en compte. Et nous devons travailler ensemble à trouver des solutions pour réduire ces conséquences. Car les solutions existent.

,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.